Étude de projet d’une chaufferie automatique au bois avec un réseau de chaleur

Le bâtiment est une source importante de consommation énergétique, donc de pollution et d’émission de gaz à effet de serre. Les réglementations successives (actuellement RT2012 pour le neuf et RTex pour l’existant) imposent de maîtriser les consommations des postes de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire notamment.

Dans ce cadre, la commune de La Chenalotte souhaite vérifier l’intérêt que pourrait présenter la mise en place d’une chaufferie automatique au bois et d’un réseau de chaleur pour assurer le chauffage de 3 bâtiments communaux :

  • Mairie – école – 1 logement : surface chauffée estimée : 222m2, puissance de chauffage estimée ou installée (kW) : 44 ; consommation estimée (MWh) : 20
  • École – 2 logements : surface chauffée estimée : 290 m2, puissance de chauffage estimée ou installée (kW) : 50 ; consommation estimée (MWh) : 37
  • Salle des fêtes : surface chauffée estimée : 550m2, puissance de chauffage estimée ou installée (kW) : 60 ; consommation estimée (MWh) : 51

Lors du Conseil municipal du 27 novembre, les élus ont décidé :

  • d’engager la mission d’étude de faisabilité
  • de consulter plusieurs bureaux d’études à partir du cahier des charges spécifique établi par l’ADEME et le Département du Doubs
  • de solliciter les subventions de l’ADEME et du Département du Doubs, correspondant à l’étude de faisabilité dans le cadre du Plan Bois Énergie et Développement Local

Les entreprises avaient jusqu’au 14 décembre pour déposer une offre. Après l’analyse de celles-ci, le Conseil municipal, sur les préconisations de Gaïa énergies, a choisi la société Planair, sise à Valdahon.

Les missions du bureau d’études

D’après le cahier des charges définis par l’ADEME et le Département du Doubs, Planair devra :

  • faire une analyse thermique des bâtiments : analyse préliminaire des bâtiments, de leur conception et de leur constitution. L’objectif de cette analyse est de « mettre en avant les optimisations et améliorations pouvant être proposées pour limiter ou diminuer les besoins énergétiques des équipements, puis de proposer des solutions en énergie non renouvelable devant servir de base de comparaison pour les énergies renouvelables qui seront étudiées« . Cette analyse contient des données climatologiques, les caractéristiques thermiques et données techniques de base des bâtiments et locaux concernés par le projet, les caractéristiques et l’état d’usage de l’installation en place de production de chaleur, la détermination des consommations énergétiques constatées et calculées, l’estimation de la performance énergétique des bâtiments.
  • Proposer des solutions techniques simples visant à réduire les consommations de chauffage, de climatisation des bâtiments et de production d’eau chaude sanitaire. Le bureau d’études mettra en évidence l’économie réalisée en kWh d’énergie finale et d’énergie primaire, ainsi que les évolutions de la performance (classes DPE). Enfin, il déterminera les besoins énergétiques prévisionnels des bâtiments.
  • Faire l’étude de faisabilité : à partir de l’analyse préliminaire effectuée, le bureau d’études retiendra la solution énergétique respectant les ratios de consommation maximale imposée. C’est sur cette configuration qu’il devra analyser la faisabilité technico-économique d’une solution bois énergie. Le bureau d’étude déterminera le dimensionnement des équipements et la puissance de la chaudière bois, quantifiera les besoins (volumiques et massiques) annuels et mensuels d’approvisionnement en combustible bois adapté au projet, déterminera le site d’implantation le plus adapté, la technologie de la chaudière, l’ensemble des équipements périphériques nécessaires (type de silo, décendrage, systèmes de sécurité, traitement des fumées.. ) et proposera enfin un plan du réseau de chaleur.

Pour chaque solution technique retenue, le bureau d’études présentera une planification des travaux à prévoir  (génie civil, pose et installation des équipements de la chaufferie, création du réseau de chaleur…)

Par ailleurs, Planair déterminera les coûts d’investissement, proposera un plan de financement, estimera les charges prévisionnelles d’exploitation de la chaufferie, préconisera un mode d’exploitation, fera une analyse économique globale du projet et une simulation des charges de chauffage pour les locataires.

Le suivi de l’étude sera assuré par un comité de pilotage animé par le maître d’ouvrage et associant des représentants de l’ADEME-Région, du Département, du SYDED et de GAIA Energies, et d’autres partenaires éventuels.

La première réunion, celle de lancement, s’est déroulée la semaine du 18 février. En principe, l’étude devrait durer 8 semaines.

Liste des partenaires

  • ADEME Bourgogne Franche Comté
  • Le conseil régional Bourgogne Franche-Comté : la direction de la Transition Énergétique
  • Le département du Doubs : Direction du développement et de l’équilibre des territoires (DDET)

Les accompagnateurs techniques du projet