Une histoire de l’école de La Chenalotte. 3. Le retour de l’ecole communale (1876 – 1899)

En cette fin du XIXème siècle, les choses changent pour les enfants du village : après 34 ans d’attente et les nombreuses réclamations des élus, ils peuvent de nouveau aller à l’école communale. Si les conditions d’enseignement ne sont pas bonnes au début, elles s’améliorent avec la construction de la maison d’école. Mais à quel prix pour cette commune pauvre du Haut-Doubs ?…

Épisode 3. Décembre 1876 – 1899 : le retour de l’école communale

Épisode 2. 13 juin 1842 – décembre 1876 : une commune sans école

Épisode 1. 1833 – 1842 : le développement de l’école communale

Campagne de stérilisation des chats

Suite à la signature de la convention avec l’association 30 millions d’amis, un arrêté municipal a été pris le 12 février dernier « pour la capture des chats errants et leur stérilisation ».

Vu le code de la santé publique,

Vu le code rural et notamment ses articles L 211-17, L 214-3 et R 214 -3 , vu l’article L 2212-2 du code général des collectivités territoriale,

Considérant la prolifération de chats errants sur la commune de La Chenalotte,

Considérant la demande de l’association de protection des animaux trente millions d’amis, 40 cours Albert 1er Paris (7500),

Considérant le danger pour les personnes ou les animaux domestiques que représente cette invasion de chats sauvages,

Considérant le caractère urgent de la situation…

Le maire arrête :

  • Article 1 : les chats non identifiés vivant en groupe dans les lieux publics de la commune seront capturés afin de faire procéder à leur stérilisation et à leur identification conformément à l’article L. 214 du code rural, préalablement à leur relâcher dans les mêmes lieux
  • Article 2 : il est prévu une opération de capture dans tous les lieux publics de la commune à partir du 01 janvier 2019 au 31 décembre 2019 selon la convention intervenue entre la commune de La Chenalotte et l’association 30 millions d’amis datée des 26 décembre 2018 et 21 janvier 2019. La capture sera effectuée conformément à la réglementation en vigueur relative à la protection animale.
  • Article 3 : l’identification de ces chats sera réalisée au nom de l’association 30 millions d’amis
  • Article 4 : la gestion, le suivi sanitaire et les conditions de la garde au sens de l’article L 211-11 de ces populations sont placés sous la responsabilité du représentant de la commune et de l’association de protection trente millions d’amis,



Voir article : convention de stérilisation et identification des chats errants

Calendrier des manifestations de l’amicale des Sauterelles 2019

A vos agendas ! Voici le calendrier des manifestations organisées par l’Amicale des Sauterelles :

  • Samedi 27 avril : chasse aux œufs
  • Samedi 04 mai : opération village propre en collaboration avec la mairie
  • Samedi 08 juin : fête villageoise
  • Dimanche 30 juin : pique-nique villageois
  • Dimanche 25 août : vide grenier
  • Samedi 16 novembre : fondue géante
  • Samedi 21 décembre : passage du père Noël
L’équipe 2019 de l’Amicale des Sauterelles

Repas des classes en 9 et en 4

Depuis un peu plus de 40 ans, les Grelots et les Sauterelles se retrouvent lors des repas des classes. Le dimanche 17 mars, c’était au tour de ceux nés une année en 9 ou en 4. 42 avaient répondu présent.

Organisé par Mme Julie Chopard-Lallier, M. Alain Myotte-Duquet et M. Régis Gaume pour La Chenalotte et Mme Eliane Simon et M. Yves Chapatte pour Noël-Cerneux à la salle des fêtes de Noël-Cerneux, ce moment de convivialité, animé par DJ Dom, a réuni 65 personnes.

Parmi elles, Mme Amélie Simonnet et M. Maxence Rième qui fêtent leur vingtième année en 2019 et Mme Marie-Louise Duquet et M. Jean-Pierre Jolivet leur 80 ans.

Cliquer sur les photos pour l’agrandir

Côté repas, l’Hôtel des Voyageurs, a proposé du filet de Sandre au Savagnin ou magret de canard et du tartare de mangue et d’ananas.

Un moment de contes

Dans le cadre de la Saison culturelle proposée par la CCPR, la commune a accueilli le vendredi 15 mars dans la grande salle des Tilleuls, la conteuse Emmanuelle Filippi Hahn pour le spectacle, Le Grand Chêne.

La cinquantaine de personnes dont un peu plus de 20 enfants, a découvert l’univers de cette conteuse d’origine alsacienne, accompagnée de sa flute d’origine navajos pour parler dans le pays des sapins, d’un grand chêne…

Un moment de contes très apprécié des jeunes et des moins jeunes spectateurs

Spectacle gratuit à la salle des fêtes le 15 Mars à 18h00

Dans le cadre de la Saison culturelle proposée par la CCPR, la commune de La Chenalotte accueillera

le 15 mars à 18h00 à la grande salle des Tilleuls

la conteuse Emmanuelle Filippi Hahn pour le spectacle

LE GRAND CHÊNE

Tout public à partir de 5 ans, durée : 50 minutes

Derrière chez moi, devinez ce qu’il y a ?

Y’a un chêne, le plus grand des chênes,

le chêne est dans le bois, petit bois derrière chez moi.

Et sous le chêne, devinez ce qu’il y a ?

Des contes tour à tour merveilleux, tendres, palpitants et drôles, pour jouer à avoir peur dans la forêt. Frissons, émotions et éclats de rire garantis !

Site : https://www.perlesdhistoires.com/



La minuartie dressée, symbole de la fragilite des tourbières

Un article publié dans l’Est républicain le dimanche 24 février dernier a rappelé à la fois la richesse floristique des tourbières situées sur le territoire de la commune et l’extrême fragilité de cet écosystème.

La minuartie dressée, cette petite plante de moins de 10 cm à la tige filiforme portant des petites feuilles et des fleurs blanches à pétales, est considérée comme disparue. D’après le Conservatoire botanique national de Franche-Comté, la minuartie dressée encore présente dans les régions arctiques et subarctiques d’Europe et d’Amérique ainsi que dans l’Oural, n’était signalée que dans les tourbières du massif jurassien. Elle fut observée dans 4 communes du département : Bannans, Chaffois, Pontarlier…et La Chenalotte dont la seule observation date de 1850.

Quelques recherches sur Internet montrent que les tourbières de La Chenalotte ont attiré les botanistes du XIXème siècle et notamment Charles Contejean et Antoine Magnin. Le premier observe en 1850 la minuartie dressée ou l’Alsine stricta. En 1895, le second présente cette dernière : « cette espèce caractéristique des tourbières de l’Europe boréale (de la Sibérie et de la Scandinavie au Groeland) s’observe aussi dans les tourbières du Jura central depuis le Bélieu (Doubs) et les Ponts (Suisse) jusqu’à l’Abbaye-en-Grandvaux (Jura) dans les localités suivantes et notamment « dans les tourbières du Russey, dans les tourbières du Bélieu, du côté de La Chenalotte « . Mais il précise déjà « que cette plante tend à disparaître des localités où elle avait d’abord signalée ; on ne l’a pas en effet retrouvée à La Chenalotte« .

Dans une note de la Société linnéenne de Lyon publiée en 1887, intitulée « note sur quelques plantes intéressantes du Haut-Jura », ce même Antoine Magnin entretient « la Société de diverses herborisations qu’il a faites en 1887 dans les tourbières du Haut-Jura (Le Bélieu, La Chenalotte), les environs du Saut-du-Doubs, la chaîne du Cul-des-Roches, etc » . « M. Magnin présente la plupart des plantes intéressantes de ces régions, notamment les plantes des tourbières : saxifraga Hirculus, Carex chordorhiza, C. filiformis, Andromeda, Lycopodium Selago, etc. et distribué quelques-unes d’entre elles, récoltées en nombre à l’intention de nos confrères« .

D’après le conservatoire botanique national de Franche-Comté, la minuartie dressée a été victime de la destruction de son habitat (au XIXème siècle, les tourbières de La Chenalotte étaient exploitées pour le chauffage) mais aussi des botanistes professionnels ou amateurs « pour enrichir leurs herbiers, les botanistes des siècles passés ont prélevé de nombreuses plantes en milieux naturels réduisant ainsi dangereusement le nombre d’individus de populations déjà fragiles et participant ainsi involontairement à leur extinction… ».

Aujourd’hui, « l’état de conservation de ces tourbières est relativement altéré » notamment celle de La Chenalotte «qui est plantée d’épicéas depuis 60 ans et subit actuellement un assèchement et un boisement spontané par suite de la création de drains ».

Peut-être lors de vos prochaines balades dans cette zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), vous aurez la chance d’observer les 57 espèces déterminantes (considérées comme remarquables pour la biodiversité, ou menacées et jugées importantes pour et dans l’écosystème ou particulièrement représentative d’un habitat naturel ou de l’état de l’écosystème) dont 33 végétaux ou les 232 espèces recensées…

Mais pour combien de temps encore ?

Charles Contejean en 1854, a observé la saxifrage oeil-de-bouc à La Chenalotte. Aujourd’hui, cette espèce est menacée….

Voir la fiche de la saxifrage oeil-de-bouc

Voir la liste des espèces et le formulaire de la ZNIEFF

L’école intercommunale, 5ème !

L’école intercommunale finit 5ème sur 25 au concours de collecte de piles et de batteries usagées organisé par Préval en partenariat avec l’éco-organisme Corepile. Du 19 novembre au 14 février, les élèves ont ramené 227,34 kg de piles, soit 7,58kg par élève ! ce concours intitulé « Ramène tes piles » permet de sensibiliser les jeunes à l’importance du recyclage des piles, en plus de les encourager à adopter des habitudes écoresponsables dans leur vie quotidienne.

Les élèves doivent collecter un maximum de piles usagées : les trois écoles qui auront rassemblé le plus grand tonnage gagneront une enveloppe pour acheter du matériel pédagogique. Un jeu de société sera offert aux cinq écoles suivantes.

La collecte se déroulera du 19 novembre au 14 février. Vous pour

Thé dansant – dimanche 24 mars

Le Club des Ainés de La Chenalotte organise le

Dimanche 24 mars 2019

à la salle des fêtes de La Chenalotte

un thé dansant animé par Paulet et Michel

à partir de 14h30

entrée : 10 €

Boissons et pâtisseries à votre disposition.

Le club des Ainés vous attendent nombreux !

Des nouvelles de notre président…

Voici quelques nouvelles de notre sapin président… Et il va très bien, merci !

Celui qui a été élu en juin 2007, selon la tradition née dans le Jura à la fin du XIXème siècle, au cours d’une cérémonie festive qui réunit les forestiers, les élus et le public, a encore pris de la hauteur…

D’après les données transmises début mars par M. Kevin Vincent, technicien opérationnel à l’Office National des Forêts, ce majestueux sapin, planté dix ans avant la Révolution française a poussé de 2,5 m entre 2007 et 2019, passant de 52 à 54,5m.

Ce sapin pectiné qui domine la forêt des Cornaix a également grossi. La circonférence à 1.5m du sol est de 4,34m au lieu de 3,94 m en 2007. Ainsi, le volume estimé est passé de 23m3 à 26m3.