Convention de stérilisation et identification des chats errants

Suite à la croissance du nombre de chats errants et des problèmes liés, et à l’obligation des communes de s’en occuper, le Conseil municipal réuni le 17 janvier, a autorisé Mme le Maire à signer une « convention de stérilisation et d’identification des chats errants » avec la fondation 30 millions d’amis en raison de son expertise reconnue et de son savoir-faire en matière de régulation et de gestion des populations des chats libres. Cette convention est valable une année et pour une vingtaine de chats errants.

D’après cette convention, « la gestion des chats errants est délicate et il est impératif de gérer leurs populations en maîtrisant leur prolifération. Un couple de chats non stérilisé peut théoriquement engendrer une descendance de plus de 20’000 individus en quatre ans.

Une solution a maintes fois fait ses preuves : la stérilisation. Née du constat que l’euthanasie ou de déplacement des colonies de chats est inefficace contre la pullulation, cette pratique, reconnue par tous les experts mondiaux et en particulier ceux de l’Organisation Mondiale de la Santé, respecte la sensibilité de nos concitoyens devant la vue des animaux de compagnie.

D’une part, la stérilisation stabilise automatiquement la population féline qui continue de jouer son rôle de filtre contre les rats, souris, etc…D’autre part, elle enraye le problème des odeurs d’urine et des miaulements des femelles en période de fécondité.

Par ailleurs, le chat étant un animal territorial, ceux présents sur un site empêchent tout autre de s’y introduire Si des chats résident en un lieu, c’est qu’il existe en effet un biotope favorable et les éradiquer entraine leur remplacement spontané et immédiat par d’autres ».

Pour rappel, l’identification par tatouage ou puce électronique est légalement obligatoire pour tous les chats de plus de sept mois. L212-10 – LOI 211-525 du 17 mai 2011. Art. 28.