L’éclairage public de La Chenalotte

L’ensemble de données ci-dessous proviennent du bilan énergétique dressé par le Conseil en Énergie Partagé (CEP) datant de février 2017.

L’éclairage public est le 2ème poste de consommation et de dépenses pour la commune, les 97 points lumineux de la commune représentent 32% des consommations totales, coûtent 5014 euros TTC et émettent 4907 kg CO2/an

Inventaire et état du luminaire

95 points lumineux sont alimentés par 3 armoires électriques (2 modèles de coffret) :

  • 34 luminaires alimentés par l’armoire située rue Bois Joli
  • 20 luminaires alimentés par celle située rue des Jonquilles
  • 41 luminaires alimentés par celle située rue du palais

Par ailleurs, 1 luminaire se trouve au Pré du Peu et au Palais.

Sur ces 97 points, 31 luminaires ont été jugés « vétuste » par le CEP

  • 7 sont alimentés par l’armoire située Bois Joli. Ce sont des luminaires type boule et des lampes à vapeur de mercure.
  • 14 sont alimentés par celle située rue des Jonquilles dont 3 sont des lampes à vapeur de mercure (les autres sont au sodium haute pression). Par ailleurs, 2 luminaires sont du type boule.
  • 10 alimentés par celle située rue du palais dont 6 sont à vapeur de mercure.

12 luminaires ont été jugé « moyen »

  • 1 luminaire alimenté par l’armoire rue des Jonquilles
  • 9 luminaires alimentés par celle rue du au palais
  • Le luminaire du Pré du peu et du Palais

Types de sources

La commune compte  16 lampes à vapeur de mercure, soit 17 % du parc d’éclairage.

Compte tenu de la composition de ces lampes qui intègrent des vapeurs de mercure hautement toxiques et de leur puissance unitaire de 125 W donc énergivore,  et en application de la directive Européenne concernant le bannissement des lampes énergivores, la mise sur le marché des lampes à vapeur de mercure est interdite depuis le 12 avril 2015. De plus, les luminaires de type « boule » éclairent plus le ciel que le sol et participent à la pollution lumineuse.  Pour le CEP, le remplacement de tous ces luminaires est à prioriser.

82 % du parc d’éclairage, soit 80 lampes sont à vapeur de sodium haute pression (SHP). Le CEP préconise aussi le changement pour cause de vétusté 15 de ces lampes.

Enfin, un luminaire est équipé de lampe IM (iodure métallique), 250W, ce qui représente une puissance importante vu l’emplacement de ce point lumineux.

Travaux de remplacement des luminaires

Le CEP préconise le remplacement de ces 31 luminaires vétustes par des luminaires utilisant la technologie LED qui présente de nombreux avantages par rapport à des luminaires équipés en SHP / IM de moins en moins utilisés : une meilleure efficacité lumineuse, une durée de vie prolongé estimée 5 à 8 fois supérieure à celle d’un système avec lampes à décharge et une consommation réduite.

Travaux sur les armoires électriques

Par ailleurs, le rapport du CEP recommande :

  • la mise en conformité des armoires situées rue de Bois Joli et Jonquilles qui consiste à remplacer les éléments de commande et de comptage, le tableau ainsi que le coffret. Cette mise en conformité permet d’assurer la sécurité des personnes vis-à-vis des ouvrages d’éclairage public et permet de préserver le matériel d’éclairage public contre d’éventuels risques (météo, vandalisme…).
  • le remplacement des systèmes actuels d’interrupteurs crépusculaires par des horloges astronomiques radio synchronisées et programmables manuellement qui permettrait de maitriser les heures d’allumage et d’extinction de l’éclairage public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*