Les lingettes, bêtes noires des stations d’épuration

D’après un article du Huffington post publié le 31 mai intitulé « les lingettes jetables sont une catastrophe environnementale », le nombre de déchets générés par ces lingettes, qui pour certaines sont dites « biodégradables », s’élève à une dizaine de milliards en France.

Ces lingettes utilisées pour le ménage, le démaquillage, l’hygiène des bébés, sont jetées dans les toilettes par certains consommateurs après avoir lu sur le paquet qu’elles étaient biodégradables.

Or, le tissu (pourtant biodégradable) des lingettes est résistant et n’a pas le temps de se désagréger, contrairement au papier. Résultat : les dégrilleurs qui filtrent les effluents sont très souvent saturés et deviennent inopérants.

L’ accumulation des lingettes entraîne des perturbations du réseau :

  • augmentation des fréquences d’intervention sur le matériel : entretien / réparation
  • remplacement prématuré du matériel (pompe, dégrilleur…)
  • mise en place d’une surveillance accrue de ces installations
  • risque de débordement des réseaux d’assainissement (atteinte à la salubrité publique, pollution…)

Une fois arrivées à la station d’épuration, les lingettes obstruent les pompes de la station et entravent le bon fonctionnement de celles-ci et peuvent causer des dégâts importants.

Et chez nous ? A la station d’épuration de Noël-Cerneux, les lingettes jetables sont bien visibles comme en témoigne les deux photos prises par les employés communaux en 2016…

Retrouvez ici le guide du bon fonctionnement de la station d’épuration