Le Tacot

Avec l’inauguration de la voie ferrée Besançon – Morteau – Le Locle en 1884, on évoque la possibilité de créer un embranchement desservant les plateaux de Maiche – Le Russey qui possédaient à l’époque très peu de moyens de communication.

Lors d’une réunion en Avril 1896 à la maison commune de La Chenalotte sous la présidence d’Henri Gouley, préfet de l’époque, l’emplacement de la gare est validé par le conseil municipal. Celle-ci sera placée « à la proximité de l’agglomération des maisons du village ». La commune consent le vote d’une subvention qui s’élève à 6000 Fr, subvention qu’elle aura dû mal à payer puisqu’une grande partie sera financée par une coupe extraordinaire de bois d’une somme de 4000 Fr pris dans les bois dépérissant et dans toute l’étendue de ses forêts ».

Lors de la séance du 19 avril 1898, le Conseil Général du Doubs entérine la construction de la ligne d’intérêt local entre Morteau et Maîche.

Les plans sont déposés à la mairie du 16 au 24 décembre 1901. Le conseil municipal comme les habitants approuvent l’emplacement de la gare.

Le déraillement du 15 septembre 1918

Selon un article publié dans “Le Pays de Montbéliard”, le 22 septembre 1918

Déraillement d’un train. Le 15 courant, vers 3h50, un déraillement du train se dirigeant sur Morteau s’est produit à la station de La Chenalotte. La locomotive et deux wagons de marchandises se sont engagés par la pointe d’aiguille sur la voie principale alors que l’aiguille s’ouvrant, la voiture de voyageurs qui suivait immédiatement a emprunté la voie de quai avec le reste du convoi. Il en est résulté que cette voiture a déraillé entre les deux voies et s’est couchée au moment de l’arrêt du train, le mécanicien ayant bloqué les freins. Sept voyageurs ont été légèrement contusionnés ; les dégâts matériels sont peu importants. Un train de secours a été dirigé de Morteau sur la station de La Chenalotte pour ramener les voyageurs.

D’après un autre article de ce même journal publié le 26 septembre 1918

A propos du déraillement. Voici les noms des militaires plus ou moins contusionnés dans le déraillement qui s’est produit récemment à la station de La Chenalotte : Febry Emile, 47 ans ; Barlet Jean 47 ans, Beau Victor, 46 ans ; Piedbout Louis 46 ans, Bouyer Jean 47 ans, Carnet Aimé 46 ans, Noir Edmond 46 ans, Vaille Côme 46 ans ; Didier Henri 25 ans. Ce dernier a dû être sorti du wagon qui avait été culbuté et transporté à la gare où un médecin militaire lui a donné des soins. Ce militaire était le plus atteint.

Les horaires du Tacot

Service au 15 avril 1915

Voir les horaires du Tacot

Mais après la Seconde Guerre Mondiale, un déficit permanent, un matériel vieillissant, un réseau détérioré et la concurrence de la route firent stopper le Tacot. La ligne ferma le 01 avril 1952.

Tableau horaire de 1936