Le village et son évolution

La Chenalotte, du nom Chenalette ou petit chenal, s’est développée sur un haut-plateau jurassien, à 919 mètres d’altitude, en contrebas du versant sud-est, planté de résineux et culminant à 1092m. Le village, qui compte un peu moins de 500 habitants se caractérise par un centre pittoresque :

Une gare, située au Clos de la vie, est le dernier témoignage de la ligne du train ou « Tacot » qui reliait Morteau à Trévillers entre 1905 et 1952.

La Chenalotte sur les cartes anciennes

La Chenalotte sur la carte de Cassini (XVIIième siècle) – site Géoportail
La Chenalotte sur la carte de l’État Major (XIXème siècle) – site Géoportail
La Chenalotte sur une carte IGN de 1950 – site Géoportail

L’évolution de l’habitat

XVIII et XIXème siècle

Comme le montre les cartes de Cassini, de l’état-major et le plan cadastral de 1832, La Chenalotte possède à la fois un habitat concentré ou groupé autour d’un espace central relativement important dont l’église se place au centre et un habitat dispersé avec les fermes isolées et hameaux répartis sur tout le territoire de la commune.

Le 17 novembre 1847, le maire Pierre Alexis Jacquin, dresse un tableau des noms des localités en précisant la distance avec le centre du village. Les 9 hameaux ou fermes isolés sont recensés, soit 11 maisons sur les 32 que compte le village.

Hameaux Distance (par rapport au centre du village)
Beuliques (Les)2km
Cornays (Les)1,5km
Palais (Les)1km
Prés (aux)1,5km
Pâture Philibert1,5km
Pré du Peu (Le)2km
Pré Guillemot (Le)2km
Pré Monnot (Le)1km
Rosemont1,5km

La population dite « «éparse », celle qui habite ces hameaux ou ces fermes isolées a représenté jusqu’à 35% de la population du village (année 1841), soit 62 personnes sur une population totale de 162 habitants. Voir l’évolution du nombre des habitants dans les hameaux.

Liste des maisons de La Chenalotte en 1845

Liste des lieux-dits figurant sur le plan cadastral terminé le 08 juin 1832

Plan cadastral. 1836
Plan cadastral. 1836

Voir histoire des hameaux :

XXème et XXIème siècle

Au fil des années, les hameaux ont été abandonnés. Seuls deux sont encore habités (Les Palais, Le Pré du Peu) tandis que le village s’est fortement développé au gré de la construction des lotissements :

Évolution du village depuis 1969

  • 1969 : 1ère maison le long de la rue des Tourbières
  • 1975 : 5 nouvelles maisons rue des Tourbières. 1er lotissement
  • 1980 : 1ère maison rue Charlemagne
  • 1985 : 3 nouvelles constructions : 1 rue des Palais, 2 Clos de la Vie
  • 1992 : lotissement Bois Joli, no 1 (32 lots)
  • 1998 : lotissement Bois Joli, no2 (13 lots)
  • 2001 : lotissement Le Frêne, no 1 (3 lots)
  • 2004 : lotissement Le Frêne, no 2 (11 lots)
  • 2006 : lotissement Les Avelines, no 1 (17 lots)
  • 2008 : lotissement La Ronceraie (11 lots)
  • 2010 : lotissement Les Avelines, no 2 (7 lots)
  • 2012 : lotissement Les Narcisses (6 lots)
  • 2014 : lotissement Les Avelines, no 3 (10 lots)
  • 2019 – 2020 : lotissement Le Clos Mercier
Vue aérienne. 1969. Géoportail

Vue aérienne. 1996. Géoportail
Vue aérienne. Aujourd’hui. Géoportail